FANDOM


Les esprits de la Nature (en titanien, Niràm) sont l'un des principaux éléments du Dhàwkàn, dont ils véhiculent la quatrième entité, soit l'énergie conservatrice (Nàlishtém).

Description Modifier

Dans l’imaginaire titanien, la vie est donnée par la Nature (Mëshuptér) à travers ses manifestations vivantes et vitales. Celles-ci sont regroupées par un mot, Niràm, traduit par l’expression « les bons esprits de la Nature ».
L’adjectif « bon » n’implique cependant pas en ce cas qu’il y ait des « mauvais » esprits, au contraire, il est utilisé pour exprimer leur fonction positive.

Les principaux esprits de la Nature, représentant chacun une valeur positive, sont notamment :

       

  • Les Swishtèsén : semblables à des petites méduses blanches transparentes et lumineuses, ils symbolisent la pureté (Rupethvém) et l’honnêteté (Gitshvém) ;
  • Le Nëklitém : créature asexuée de l’eau symbolisant l’agilité (Nùshikvém) et la capacité de s’en sortir des situations difficiles ;
  • Les Pënegtèrè : ce sont de petits êtres de forme humaine qui symbolisent l'union entre la force créatrice et destructrice (Vapshtém) et l'agilité de l'air. La terre est représentée par les Pënegtèrè masculins, appelés Sighantèrè, des guerriers habillés en vert foncé et aux cheveux noirs et longs, tandis que l'air est représenté par les Pënegtèrè féminines, les Dhwànlitèsén, qui ont des ailes, les cheveux rouges et des vêtements bleus. Ces dernières sont le symbole de la ville de Hèinksén. Certains affirment qu’ils dérivent d’un mélange entre les traditions folkloriques titanienne, celtique et viking.

Celui qui aperçoit une des manifestations du Niràm cherche tout de suite à la reproduire sur des plaques en bois pour en faire ensuite des bracelets (Hàmèshik) ou de petites statuettes en pierre de shopvém dans la position où ils/elles les ont vu(e)s, ce qui explique entre autres le fait que ces statuettes sont souvent très bizarres, ou bien il peut demander à un artisan de le faire. Les Titaniens pensent que ces statuettes protègent les gens honnêtes et leur maison aussi.

Communication avec les esprits Modifier

On peut communiquer avec eux de deux façons.

Kamwidtarvém Modifier

La première façon est pratique, c’est-à-dire à travers les arbres, suivant le processus du Kamwidtarvém, la communication, qui souligne l’importance de les embrasser pour s’unir à leur flux d’énergie et de communication. Les animaux, selon la pensée titanienne, ne sont pas capables de recueillir autant d’énergie que les végétaux. En outre, le Dhàwkàn affirme que les végétaux, à cause de leur impossibilité de mouvement, ont développé d’excellentes capacités de communication, aussi bien qu’une sagesse dont le niveau d’épanouissement dépasserait celui des animaux. En tant que geste de remerciement après avoir communiqué, on s’incline en posant sa paume sur sa tête, puis sur sa poitrine, pour conserver l’énergie reçue par la tête (comme les arbres, qui reçoivent l’énergie de leur branches) et par notre principal centre d’accueil d’énergie.

Rêves Modifier

La seconde façon pour communiquer avec les esprits est dans les rêves, qui jouent un rôle primaire dans l’imaginaire titanien.

Le rêve étant conçu comme un moment où les êtres vivants sont capables de traverser n'importe quel obstacle, de type matériel ou immatériel, comme un moment de liberté totale, presque de magie et d'omnipotence, les Titaniens le considèrent comme un voyage. C'est pour cela que, outre à l'expression « vipnén mashvùnm » (= nuit tranquille), il est coutume de souhaiter un « hemshén mephëmdhvùnd », c'est-à-dire un voyage intéressant.

Arbres des désirs Modifier

Arbre des désirs (Estanie) - Hëdhwhvèrè hékstè wadhvénmér (Éstànjà)

Les arbres les plus fréquentés sont définis des Hëdhwhvèrè hékstè wadhvénmér, c’est-à-dire des « arbres des désirs », reconnaissables par la grande quantité de Weshnikvèsén, de lacets et rubans colorés, liés à ses branches.

Notes et références Modifier