FANDOM


Dans cet article sont présentés les événements majeurs de l'histoire de la Titanie.

Époque proto-titanienne et ancienne Modifier

Si l'on se borne à la méthode scientifique, et qu'on laisse de côté le mythe titanien de la naissance du peuple raconté dans le Livre du Nàth selon le Dhàwkàn, les origines du peuple titanien ne sont pas claires : en premier lieu, le teint mat de la peau de la plupart des Titaniens et les yeux légèrement bridés d’une partie de la population créent une différence par rapport à tous leurs voisins nord-européens, suggérant ainsi que l’île a été peuplée à partir de l’ouest, du continent américain. Cette hypothèse est soutenue par la présence notamment du maïs et de l’échinacée[1] sur l’île. Un processus de métissage aurait eu lieu par la suite, au cours des siècles qui ont vu la Titanie entretenir des relations commerciales et culturelles avec les deux îles voisines d’Islande et d’Irlande. La présence, assez réduite d’ailleurs et concentrée dans le nord de l’île, d’individus aux cheveux blonds et roux et aux yeux clairs confirmerait cette thèse.

Du point de vue linguistique, si la structure du titanien moyen et moderne est clairement apparentée à celle des langues indo-européennes, le lexique, dérivant à 90% de l’ancien titanien, constitue à ce jour un défi pour les linguistes, car aucune similitude n’a été relevée, ni d’un côté ni d’autre de l’océan atlantique.

Si l’on se penche enfin sur les coutumes et les caractéristiques du peuple titanien en général, allant du culte à l’organisation de la société jusqu’à la manière de concevoir les êtres vivants et le monde, nous retrouvons un mélange extrêmement original d’éléments appartenant à plusieurs cultures très éloignées entre elles – Inde, Mésoamérique, Asie centrale, entre autres –, ce qui nous oblige à exclure toute possibilité de contact, confirmant ainsi une fois de plus la thèse d’une culture originale et à l’origine inconnue.

Époque romaineModifier

L’île est mentionnée pour la première fois par l’astronome et astrologue grec Ptolémée, qui indique en 150 ap. J.-C. une île dans sa description de l’Hibernia, l’actuelle île d’Irlande. Les Romains décident toutefois de ne pas conquérir ces deux îles, en raison de leur distance de Rome et du climat rigide. Ils la dénomment Hibernia minor.

Époque moderne Modifier

La notion d'histoire (en titanien, Historjà) voit le jour en Titanie au Ve siècle ap. J.-C., au moment où le processus d'évolution de l'ancien titanien (Hadhén shedhén dhemvés) aboutit à un point crucial, c’est-à-dire à une différence sensible par rapport à un idiome désormais appartenant à une autre époque, et à la naissance de la langue définie par les linguistes comme moyen titanien.

Ensemble avec la prise de conscience liée à la langue, sur l’île est reconnue la présence d’un code d’écriture par lettres, remplaçant les idéogrammes non codifiés utilisés auparavant, dénommé alphabet titanien ancien (Hadhénf shedhénf tigmvùrn).

C’est la période où le papier titanien, le wilégvér, commence à se diffuser sur l’île pour remplacer les supports utilisés précédemment, à savoir le bois ou, dans certains cas, la peau d'animaux ou la carapace des tortues géantes (Klùshtèmér).

À cette époque se situe également le début du calendrier et de la littérature titanienne : c’est à ce point que les habitants de l’île commencent à utiliser leur écriture pour rédiger des textes dans leur langue, afin de conserver des données et des souvenirs, contrairement à la pratique précédente, lorsque le savoir était partagé et transmis exclusivement à l’oral et l’écriture n’était utilisée que rarement pour des fins pratiques ou pour des symboles, comme dans les lieux sacrés.

Période « irlandaise » Modifier

Le premier véritable contact avec l’extérieur a lieu au Ve siècle ap. J.-C., lorsque ont lieu des échanges avec les Irlandais. Ces échanges concernent notamment des produits et des marchandises, et parfois ils ont été favorisés par la simple curiosité. À cette époque se situe la fondation de la ville de Nokértwél, dans la partie nord-orientale de la Skaradie, qui a conservé jusqu’à nos jours les traditions et la langue irlandaises.

Nokértwél

Vue de Nokértwél

Vers la fin du siècle, aux déplacements vers l’île voisine commencent à prendre partie surtout des moines, décidés à diffuser la foi chrétienne au sein de la population. Des monastères et d’autres lieux de culte sont construits, dont aujourd’hui il n’en reste que la cathédrale des Mùtèmér, qui a été maintenue en bon état par les Titaniens, mais qui a été convertie en lieu de culte léonien après que les moines l’ont quittée. Il est intéressant de noter qu’en titanien ce monastère est dénommé Katvém hékstè éjrdhùkténmér, c’est-à-dire « la maison des Irlandais ».

Katvém hékstè éjrdhùkténmér - monastère du haut-plateau des Mùtèmér

La cathédrale des Mùtèmér

Les moines entament des études de linguistique fondées sur la grammaire classique et sur la terminologie latine, pour analyser la langue locale. C’est à eux qu’on doit l’invention du système de translittération de l’alphabet titanien, utilisé aujourd’hui encore pour les rapports avec l’extérieur. Ces études constituent la base pour toutes les analyses qui ont suivi dans ce domaine. Au cours de cette période, voit la lumière également la première étude concernant la langue titanienne écrite par un Titanien : c’est le cas d’une glose titanien ancien – titanien moderne (avec une colonne de transcription en alphabet latin) – gaélique irlandais et latin, les quatre langues présentes sur l’île jusqu’à ce moment. L’autrice porte le nom de Whakskedhtés, cas presque unique de femme savante dans l’antiquité. Tous les ouvrages de linguistiques ont été conservés au siège du Huménhëdh de Ragsén, où ils se trouvent encore de nos jours, sans toutefois être ouverts au public.

Mais la tentative principale, la conversion de la population indigène, n’atteint pas son but. Les Titaniens écoutent avec intérêt les sermons des moines et s’intéressent à leurs théories, mais ils ne semblent pourtant pas vouloir quitter leur pensée traditionnelle liée au Dhàwkàn. Au début du IXe siècle, la plupart des moines font retour en Irlande pour fêter la réalisation du Livre de Kells, le livre le plus précieux du monde, véritable chef-d’œuvre d’art sacré, terminé vers l’an 820. À cause des difficultés liées au voyage, et souvent pris par le découragement face à une population si sûre de ses propres valeurs, presque tous décident de rester en Irlande.

La présence pacifique et enrichissante des Irlandais sur le territoire titanien recouvre une importance de plusieurs points de vue, mais surtout à cette époque remonte le premier contact avec un peuple frère, avec une culture sans aucun doute différente mais toujours proche et capable de maintenir des rapports d’amitié sincère au fil des siècles, et dont le destin a été partagé également dans des situations sombres et dangereuses.

Du point de vue historique, les études de linguistique, démarrées au VIe siècle environ et poursuivies sans arrêt par la suite, ont permis entre autres de décrire l’écriture titanienne. Selon les sources irlandaises, elle marque son début peu avant l’arrivée des moines sur l’île, et elle existe donc sûrement dès le Ve siècle, époque à laquelle remonte aussi le début du calendrier titanien (411 ap. J.-C.). Ces deux événements semblent être liés.

Vikings Modifier

Presque en même temps, l’île est intéressée par une autre grande civilisation de l’Europe septentrionale. Les Vikings débarquent en Titanie sans doute vers 830 ap. J.-C., conduits par Riourik, le même qui avancera ensuite vers l’est pour devenir le premier prince de Novgorod (Russie) en 862. Une fois qu’ils s’aperçoivent de la culture développée sur l’île et de la fierté de ses habitants, les grands conquérants du nord cherchent à entamer des rapports pacifiques et des contacts commerciaux concernant notamment des produits alimentaires. Dans ce cadre, ils fondent la ville de Kimshir, sur la côte septentrionale du Napkidh, qui devient leur point d’abordage. Ces échanges voient le jour sous les meilleurs auspices : les Titaniens vont à l’encontre de ceux qu’ils considèrent comme de nouveaux amis, et ils fondent notamment deux nouveaux petits ports sur la côte nord, Huwén et Thëgwisén. Mais les relations tournent bientôt en négatif, avec les Vikings exigeant toujours plus des habitants de l’île, sous la menace d’une action militaire. Peu à peu les Titaniens commencent à apercevoir un mécanisme de chantage, et s’adressent aux conquérants du nord pour revoir les accords, mais ces derniers refusent. Un soulèvement populaire est réprimé à Kimshir en 952, et lors des affrontements un jeune homme nommé Nishik perd sa vie. C’est la goutte qui fait déborder le vase : les intentions du roi Harald Ier de Norvège concernant la Titanie sont désormais bien claires. Il vise la conquête de l’île et l’esclavage de ses habitants pour pouvoir exploiter ses ressources naturelles et humaines.

Au moment de la déclaration de la part du gouvernement de Harald d’imposer un drapeau à la Titanie (semblable aux drapeaux scandinaves, mais avec une croix vert clair sur un fond blanc), la population réagit, poussée par un sentiment de trahison. La ville de Nenakidh, quartier général des ennemis, est assiégée la nuit du 14 au 15 septembre 952[2] par un groupe de guerriers guidés par le Groupe du feu (en ancien titanien, Tarkirvém weshavésn[3]), ressemblant cinq femmes et cinq hommes, tous d'excellents combattants de Themshin, dont les plus représentatifs sont Kimsantér Wlànvegtés et sa femme Hishnà Nékskedhtés. Ils ouvrent une brèche dans les murs en bois autour de la ville bâtis par les Vikings, et à l’aide des lance-pierre traditionnels, les Tishekvùrn, utilisés avec des pierres et des petites bombes incendiaires, ils pénètrent à l'intérieur. Une fois entrés dans la ville, ils combattent à l’aide du Themshin. Les Vikings, pris par surprise, sont obligés de battre en retraite sur le haut-plateau des Mùtèmér pour réorganiser leur défense. Les combattants titaniens les suivent et les obligent à fuir vers le port de Kimshir, où la population les attend. La seule solution à ce point est celle de se sauver sur les bateaux et de prendre la mer.

Tishekvùr

Un Tishékvùr

Cette victoire, obtenue par une révolte organisée exclusivement oralement et secrètement, a eu lieu traditionnellement en une date symbolique, pendant la Fête de l’arrivée (Vitshvùr hékst widhëmdhvénd), qui marque le début de l’année de la lune.

Après la chassée des Vikings, les dix membres du Groupe du Feu, cinq couples mariés entre eux, sont élus à l’Huménhëdh de Nenakidh, et le drapeau du Groupe devient le drapeau de la Titanie. C’est le drapeau bleu, vert et jaune, au multiples significations.

Invasion des Anglais Modifier

La seconde période de crise de l’histoire titanienne se situe à la moitié du XVIIe siècle. En 1649, Oliver Cromwell envoie les troupes de sa New Model Army en Titanie après avoir donné le coup d’envoi à la conquête de l’Irlande. La tragédie de l’invasion est annoncée par une vague d’émigrés irlandais qui rejoignent Nokértwél, se sauvant de la guerre. La population titanienne est rapidement soumise par la force. Les indigènes sont réduits en esclavage et ils perdent tous leurs droits. Les Anglais installent leur quartier général à Héinksén, jusqu’alors un petit port de pêche, et une importante garnison est fixée à Ragsén. Malgré le fait d’avoir été vaincus en bataille, les Titaniens ne se rendent pas, et les envahisseurs ont du mal à étendre leur influence au-delà des villes portuaires. De plus, la citadelle de Harishir, capitale de l’Estanie, et la ville fortifié de Nenakidh (protégée par les murs en bois bâtis par les Vikings) sont presque inattaquables et constituent une barrière difficile à franchir, empêchant ainsi l’accès aux deux ports sur la côte septentrionale et occidentale, Kimshir et Kithishés, et au sud de l’île, encore complètement sous le contrôle des Huménhëdhvèmér.

En ce cas aussi, comme presque mille ans auparavant, la révolte est organisée de façon secrète. Les rebelles s’organisent pour attaquer les quartiers généraux des Anglais à Hèinksén et à Ragsén le soir du 13 février 1654. En ces jours-là, la plupart des navires anglais avaient dû rentrer en Irlande pour des raisons de maintenance et certains espions titaniens l’avaient appris. Leur but était d’agir de façon très rapide et silencieuse afin que les navires restés dans le golfe des étoiles ne s’aperçoive de rien. Malheureusement, une fois saisis les quartiers généraux, le message de l’attaque parvient aux navires, qui commencent à bouger en pleine nuit vers la côte de Hèinksén, le quartier-général des Anglais, ces derniers devant désormais choisir entre elle et Ragsén, qui se rend ainsi aux rebelles. Les dirigeants du contingent anglais sont chassés de leur quartier-général et les soldats de garnison à Ragsén sont emprisonnés. Mais une jeune fille moine retirée en méditation sur le promontoire de Terre-Neuve (Muwén Napshipvùr) l’aperçoit et court vers la ville pour donner l’alarme. Des combattants attaquent le navire en bateau, mais ils sont aisément repoussés : la bataille a lieu enfin peu de temps après dans les rues de Hèinksén. Les Anglais, comme les Vikings, sont chassés après une lutte corps-à-corps où les Titaniens obtiennent la victoire à l’aide de leurs tishekvùrn et du Themshin.

Pour marquer le souvenir de cette expérience, la ville de Hèinksén est complètement détruite et rebâtie avec une enceinte et selon un plan précis dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Dans son centre, le Palais des Jeunes étincelles est érigé en tant qu'hommage suprême à l’être humain, à sa valeur et à sa beauté.

Hèinksén devient ainsi la ville la plus importante de l’île, symbole d’une nouvelle ère marquée par la conscience des menaces et des dangers auxquels la pensée humaine peut mener. Toutefois, pour les Titaniens, la citadelle de Harishir représente toujours la capitale, en raison de son rôle historique.

La plupart des émigrés irlandais qui avaient fui la guerre décident de rester à Nokértwél, la ville qui les avait accueillis.

Époque récenteModifier

L’histoire récente de la Titanie est caractérisée par une ouverture au monde européen, en contre tendance avec l’isolement choisi après la seconde expérience d’invasion étrangère[4].

Le XVIIIe siècle enregistre un vif esprit de curiosité parmi les explorateurs et les ethnologues français, qui les pousse à visiter plusieurs fois la Titanie et à chercher de décrire les mœurs, la langue et la culture de ses habitants. Le voyage le plus important est sans doute celui d’André Michaux vers la fin des années 1790, de retour des États-Unis en qualité de botaniste royal de Louis XIV. Son activité sur l’île ne se borne cependant pas à la description de la flore locale, se penchant également sur l’observation des habitudes et de la langue locales. Toutefois, il ne rédige aucun livre officiel, mais ses notes ont été reprises ensuite.

Cette vague d’intérêt croissant de la part des anthropologues et des ethnologues français s’étend au XXe siècle, avec les voyages notamment de Pierre Lemonnier, et surtout de Claude Lévi-Strauss.

Leurs observations, ensemble avec celles de Michaux, représentent le point de vue « extérieur » le plus important[5].

L’indépendance du nouveau Royaume de Norvège en 1905 offre aux Pays scandinaves l’opportunité de proposer un pacte d’amitié (Kërvér hékst hemwishvésn, litt. « Accord du respect ») entre les couronnes danoise, suédoise et norvégienne, et la Titanie, signé en 1906 à Nenakidh. Par cet événement, célébré par une photographie du roi Haakon VII avec les membres des cinq Huménhëdhvèmér au port de Kimshir avant le départ du souverain norvégien, a rétabli les relations entre ces Pays voisins après presque 1000 ans.

En 1909, deux autres pactes d’amitié sont signés, avec l’Islande à Kimshir et à Reykjavik, et avec l’Irlande à Nokértwél et à Galway. Ces deux accords célébrent une amitié séculaire avec les deux îles-sœurs.

En occasion de la signature de la Déclaration de Londres du 28 avril 1949, le roi George VI se rend en visite officielle à Hèinksén un mois après, pour rétablir l’amitié avec la Titanie 300 ans après la chassée de l’armée de Cromwell.

L’intérêt suscité par la Titanie, non seulement parmi les savants mais aussi parmi les touristes, les voyageurs et les curieux, a amené à l’instauration de liaisons maritimes nocturnes assez rares assurées par de petits bateaux à voile entre Grindavík (Islande) et Kimshir, et entre Dingle (en irlandais An Daingean, en Irlande) et Nokértwél.

La parution des bateaux à moteurs pour ces lignes, assurant des liaisons régulières plusieurs fois par semaine, date de la fin des années 1980, ensemble avec l’inauguration de la liaison avec le port de Saint-Jean de Terre-Neuve (en anglais, St. John’s), capitale de la province canadienne de Terre-Neuve-et-Labrador. Cet événement marque symboliquement la position de la Titanie à mi-chemin entre les continents américain et européen.

Enfin, l’ouverture au monde extérieur se développe davantage avec la construction des aéroports de la Revnadie (1993), situé entre Pankes et Ragsén, et des Grandes Plaines (2002), situé entre Ragsén et Radhén, à la frontière entre la Revnadie et le Napkidh, pour les petits avions.

Notes et références Modifier

  1. Des recherches botaniques ont démontré que l’échinacée à l’origine était présente uniquement en Amérique du nord et en Titanie.
  2. Date plutôt symbolique, mais l’année semble être assez fiable.
  3. À noter que le mot weshavés indique à la fois le feu et la vie.
  4. Les deux invasions, celle des Vikings et celle des Anglais, sont définies en titanien comme Hérn humènén rëpshdidvér et Hérn vhunén rëpshdidvér, c’est-à-dire la « première guerre » et la « deuxième (seconde) guerre », respectivement.
  5. Vërkir Klibvegtés Këdhisveg, La description de l’Île : l’anthropologie française du XXe siècle et la redécouverte de la Titanie, éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 1984.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.