FANDOM


Nuvàp

Une illustration de Nuvàp tirée du Livre du début

Nuvàp est l'une des principales représentations du Mëshuptér (la Nature).

Description Modifier

Nuvàp est un être mythique, vécu à l’époque des disparus et semblable à un lion blanc ailé et luminescent. Il était asexué, d’ailleurs comme tous les êtres vivants à cette époque-là. Cette figure, définie en titanien par le mot Dhamtés, a été traduite du Livre du Nàth et transmise par les moines irlandais vers le début du VIIe siècle par le mot gaélique Leon, c’est-à-dire « lion », d’où l’assimilation au félin africain, sans doute en raison aussi de son aspect extérieur. De cette traduction fautive dérive également le terme Léonisme. Par conséquent, la partie orientale de l’Estanie, dénommée en titanien Namshvèmér héktsè dhamtésnén, est connue dans les langues étrangères comme les Monts des Lions, alors qu’aucun lion n’a jamais vécu en Titanie et qu'aucun mot n’existe dans la langue titanienne pour définir le félin africain.

Vëprimshvùr Modifier

Selon le Dhàwkàn, Nuvàp véhicule l’énergie créatrice et destructrice (Vapshtém) à travers la lumière et la chaleur, même s'il n'est pas associé au soleil. Selon le livre du Nàth, Nuvàp a été créé par la Nature imprévisible et éternelle comme un être concentrant une quantité extraordinaire de lumière et de chaleur, à une époque caractérisée par l’obscurité et le froid.

La Nature frappée par la preuve d'amour et de fidélité des disparus, par son énergie, Nuvàp a attiré des esprits de la nature appelés Swishtèsén, ayant une forme de petites méduses volantes et lumineuses, qui se sont posés sur lui en le recouvrant. Cette concentration d’énergie a fait exploser son corps, qui a comblé de chaleur et de lumière tout le monde.

Cet événement étant le résultat d'un rapprochement et d'une grande confiance que la Nature a eu envers Nuvàp, aussi bien dans un sens matériel (transmission) que spirituel, il est indiqué par le mot titanien Vëprimshvùr, composé du radical Vëp- (=donner) et le mot Rimshvùr (= pensée).

Dans ce contexte, la confiance envers Nuvàp a généré l’intelligence humaine, qui a conçu la notion de la mesure du temps.

L'explosion de Nuvàp a eu quatre conséquences :

  • un lien d’amour (Hëntér) avec Shinam qui a créé la deuxième entité principale du Dhàwkàn ;
  • le Tàdhén Shinam (le soleil), soit la forme sous laquelle s’exprime l'union entre Shinam et Nuvàp dès l'explosion de ce dernier. Shinam concentre en elle la lumière et l'énergie qui en dérive pendant la nuit pour la restituer le jour, selon la deuxième représentation la plus parfaite de l’équilibre naturel (Kothrishvùr), après celle des phases lunaires ;
  • l'imperfection (Vùpkadhvés), représentée aussi bien par la tendance au chaos de tout système vivant, que par la séparation des deux sexes. Le fait qu’en titanien les genres ne soit pas marqués du point de vue grammatical est reconductible à l’époque des disparus ;
  • la possibilité des êtres vivants de développer la vue, ce qui a entraîné le développement de la vie comme nous la concevons de nos jours.

Imperfection Modifier

Dans la mentalité titanienne, la notion d’imperfection (en tit., Vùpkadhvés) représente l’idée d’impermanence et d’incertitude, opposée idéalement aux valeurs favorisées par les quatre entités principales du Dhàwkàn, qui sont au contraire de nature immuable et de longue durée : le préfixe vùp-, indiquant l’idée de « hors », s’entend comme une énergie favorisant le désordre, alors que le kadhvés, mot présent en titanien moderne sous la forme Hemkadhvés (traduit le plus souvent comme « ordre ») représente ici l’idée d’absence de toute impulsion, qui dominait à l’époque des disparus.

Une vie dans le kadhvés ne produirait aucun effet, durable ou pas, aucun sentiment, aucune œuvre, aucune souffrance.
Dans cet esprit, les Titaniens conçoivent le monde comme un environnement qui change de façon constante et composé par des éléments précieux et éphémères. Au niveau psychologique, cette perspective favorise un léger détachement aussi bien pour ce qui concerne les aspects positifs que négatifs de la vie.

Notes et références Modifier