FANDOM


La société titanienne (en titanien, Humènèkén takidhvér) constitue l'organisation sociale du peuple titanien.

DescriptionModifier

La société titanienne a été définie à plusieurs reprises comme un exemple parfait de communisme ante litteram. Déjà on peut s’apercevoir de cette caractéristique en analysant l’expression utilisée en titanien pour traduire le concepte de « société » : Humènèkén takidhvér.

Ces deux mots signifient « famille unifiée », ce qui exprime clairement ses traits essentiels. Les Titaniens participent à un système circulaire d’échange de travail sans rien demander en guise de compensation. La philosophie à la base comporte la possibilité de ne rien refuser à personne pour recevoir la disponibilité des autres en cas de nécessité.

Un clair exemple de cette structure sociale nous est donné par les restaurants publics que l’on rencontre dans toutes les villes et dans tous les villages titaniens. Dans ces lieux, tout le monde peut demander à manger, en échange chacun est censé rendre un service au propriétaire, le plus souvent transporter du bois ou de la nourriture, ou s’occuper de réparations ou du nettoyage.

Il n’est toutefois pas obligatoire que chacun rende tout de suite un service, ou bien qu’il se rappelle du service rendu : tôt ou tard tout le monde sera appelé à aider les uns les autres.

Cette structure ne prévoit bien entendu aucun échange monétaire, ce qui engendre en fait un processus d’union entre les membre du takidhvér, une liaison d’entraide sur laquelle se fonde la survivance du peuple titanien.

Personne ne s’acquitte jamais de son lien envers les autres. Il est fondamental de souligner à ce point que ce système n’implique pas automatiquement une exclusion du concept de vie privée : chacun a toujours le droit à son espace personnel, aussi bien pour la méditation que pour le temps libre. La relation liant les Titaniens entre eux s’exprime par une harmonie, un mouvement continu, n’excluant personne et garantissant à tout le monde la disponibilité de la part des autres représentants de son espèce.

Structure familiale Modifier

Un exemple ultérieur de comment la notion de takidhvér se reflète dans la mentalité titanienne est représenté par la structure familiale et par les noms de ses membres : il s’agit d’une structure verticale dans laquelle est absente tout découpage horizontal.

Par conséquent, tous les membres ayant des enfants sont définis des « pères » ou des « mères » et il n’existent pas d’oncles ni de tantes, ni de belle famille. Un grand-père est ainsi considéré comme un père par ses petits-enfants et tous les cousins sont considérés comme des frères, cette notion s’étendant potentiellement à n’importe quel autre membre du takidhvér.

Les appellatifs Noshtim et Dhegim, utilisés en tant que vocatifs génériques pour s’adresser à quelqu’un en Titanie, dérivent justement des mots « frère » et « sœur » en ancien titanien.

À part les deux principaux termes de la structure familiale, Nëntér (= mère) et Rëvhtér (= père), il y a Veghantér (= frère, cousin), Taptém (= sœur, cousine). Un cas particulier est représenté par Thëtés (= tonton ou tatan), applicable à n'importe quel membre de la famille des deux genres en dehors des parents.

Dhigvùr Modifier

De cette conception dérive aussi l’idée du Dhigvùr. Ce mot, traduit dans la plupart des cas par « loi », indique la base sur laquelle se fondent les directives principales de l'organisation administrative en Titanie, constituant ainsi celui qui a été défini par les anthropologues comme la conséquence directe du Hemtés, la troisième entité principale du Dhàwkàn, sur la vie quotidienne des êtres humains.

Une tendance essentielle à l’honnêteté et à l’entraide constitue la base du dhigvùr, selon la notion d'équilibre intérieur, appelée en titanien Hemtés. Cette approche prévoit une conception bidirectionnelle de la gestion de la société.

Organisation Modifier

La gestion du pouvoir est confiée aux Huménhëdhvèmér.

Le mécanisme de gestion de la société passe essentiellement par l’écoute des sentiments et des besoins de la population, afin d’envisager des décisions utiles pour tout le monde. Les Hënàdhtèrè et Shënàdhtèrè vivent comme tous les autres habitants des villes-capitales des régions titaniennes, et des réunions spéciales sont convoquées à chaque fois qu’une controverse particulièrement complexe surgit, pour trouver une solution à travers le dialogue.

Toutes les décisions, ou plus simplement les faits importants pour la communauté de chaque Huménhëdh sont recueillis dans le Livre des Tëgkedhvésnén respectif, qui constituent la mémoire historique, la chronique quotidienne du peuple titanien.

L’usage commun de parvenir aux solutions par moyen du débat a fait en sorte que le pouvoir ne soit pas perçu par les Titaniens comme une imposition, mais plutôt comme une approche biunivoque permettant à la fois à ceux qui décident et à ceux qui reçoivent les décisions de chercher un point de contact.

Face à ce système, plusieurs anthropologues ont avancé l’idée selon laquelle le pouvoir en Titanie ne soit en réalité confié à personne, mais qu’il constitue au contraire le résultat de la recherche d’un équilibre délicat, permettant de ne jamais favoriser des ruptures entre les différentes composantes sociales.

La structure pyramidale présente en Titanie pour la gestion des problèmes et pour la recherche des solutions s’exprime à son plus haut niveau lors du Grand jour du dialogue.

Notes et références Modifier